retour vers l'évenement qui réveilla les états en conflit

Publié le 3 Décembre 2013

Quelques contretemps familiaux m'ont éloigné de l'élaboration finale du diorama .

La semaine prochaine devrait être plus calme et propice à sa continuation .

Je remets en liens quelques articles qui m'ont aidé dans la recherche du sujet .

J'espère que les traducteurs en ligne donneront une traduction proche de cette série d'articles parus dans Histoire pour tous que j'avais cités au départ .

D'autres liens existent sur le guerre de sécession ,ses quatre années de combats ,ses drapeaux ,ses uniformes ,etc ,je ne peux pas tout citer de ceux qui m'ont plu mais en voici quelques uns .

"Civil War Trust" est un site enrichissant ,complet et très instructif pour un non américain .

Il est aussi une source bien utile 'You Tube "

Au delà de l'analyse de la bataille tant côté unioniste que du côté sécessionniste, savoir quelles furent les erreurs qui auraient pu être évitées et changées le déroulement des faits , je crois plus utile de tirer quelques constatations de la façon dont se déroula la manière de combattre non seulement ce jour là mais de ce qui demeurera ancré pendant longtemps ,bien au deçà du conflit lui même .

Je veux évoquer les progrès et nouveautés qui furent utilisés durant cette période et l'incapacité des états majors à s'adapter à certaines de ces nouveautés .

La plus flagrante est l'utilisation en masse des fusils à âme rayée et de la balle dite "Minié".

Les mousquets (à âme lisse ) étaient moins précis et permettaient à une troupe de s'approcher à moins de 100 yards de l'ennemi , de s'arrêter ,d'entamer un face à face où une salve était délivrée suivi d' une charge .

Les guerres napoléoniennes avaient marquées encore plus les académies militaires sur cette notion là.

Le problème est que cette manœuvre devenait obsolète face à un armement plus précis dont la distance se voyait allongée et la cadence de tir augmentée .

Dès 850 yards , l'ennemi arrivait à délivrer entre 3 et 4 tirs .Un tir aux pigeons et un vrai suicide . Petersburg en est l'exemple même tout comme la charge du corps de Pickett à Gettysburg ou les combats sur fort Wagner ( siège de Charleston ) .

De même les canons ,leur munitions , augmentaient le ratio dans les pertes infligées .

Ne parlons pas de la façon dont les régiments alignaient leurs compagnies sur deux rangs serrés et espacés de 25 yards .

Enfin le terrain typique du sol américain (beaucoup de forêts entrecoupées de peu de champs ou de clairières) peu enclin à des manœuvres de masse préconisées dans les académies ne plaidait pas en faveur de tels enseignements.

Si elles furent adaptées à la campagne en 1848 contre le Mexique ,les conditions n'étaient plus les mêmes .

La guerre de Crimée de 1853/1856 auraient du donner aux états majors des leçons à tirer sur les nouvelles conditions de guerre moderne .

Le télégraphe ,le chemin de fer , l'apparition du fusil à âme rayée ,les nouveaux canons et leurs munitions explosives..la photographie ,les ballons d'observation.....

Ceux-ci continuèrent bien au delà de la guerre civile américaine à reproduire des erreurs identiques tant en 1870 qu'en 1914-1918.

Monter en ligne des masses de soldats ,charger des positions sous un feu nourri dès une certaine distance .Se battre au plus vite dans des confrontations directes au lieu d'élaborer et tenter d'autres tactiques .

La vie des hommes sous leur commandement ne tenaient que peu de place .

Un dernier élément perturbateur étant celui de la pression politique ne fit qu’aggraver parfois les choses .

Rédigé par Alain Pigeaux

Publié dans #ACW : SHILOH 6-7 Avril 1862.

Repost 0
Commenter cet article